La marseillaise par le Conseil Municipal d’Enfants accompagné d’autres enfants de l’école.

Les cérémonies débutèrent au Monument aux Morts de Ponchapt. Puis nombreux de nos concitoyens se retrouvèrent Place du 8 Mai à Port-Sainte-Foy avec les élus locaux, les anciens combattants, les enfants de l’école et leurs professeurs.

Au moment où les cloches carillonnaient, le cortège s’est dirigé au Monument de Port-Sainte-Foy. Un vibrant hommage fut ensuite rendu aux glorieux morts de notre commune, et c’est avec émotion, que les écoliers appelèrent leur nom.

Au nom de la l’association locale des anciens combattants, le président Jean-Pierre Rakinski donna lecture du message solennel de la Fédération, puis Jacques Reix, Maire de la commune, après lecture du message du Président de la République, conclut son allocution ainsi :

Après quatre années de fureur, dans la boue des tranchées, sous les gaz et les obus, le fracas des armes laissait place aux clameurs de la victoire. Mais les rescapés de cet enfer qui avaient vécu sous le feu et marché dans le sang, portaient dans leur chair, sur leurs visages anéantis et leurs corps meurtris, les stigmates du conflit le plus meurtrier que le monde n’ait jamais connu.

Quand, en 1922, le législateur instaura le 11 Novembre “jour férié” dédié à la commémoration de la victoire de 1918, il était sans doute très loin d’imaginer qu’au siècle suivant, des foules se réuniraient encore dans toute la France à la mémoire des victimes de la Grande Guerre.

La mémoire de la Grande Guerre et le souvenir de ses soldats, nous enjoint à toujours raviver la flamme des valeurs qui animent la France depuis des siècles. Mais la mémoire n’empêche rien si on ne lui donne pas aussi un contenu pour éclairer le futur.

Résister face à tout ce qui menace de fracturer la République, tel est l’enseignement que nous devons transmettre. Car oui, aujourd’hui encore, malgré le poids de l’histoire, il faut garder à l’esprit que la paix, si belle, et si chère à notre cœur, demeure on ne peut plus fragile.

Plus que jamais, ensemble et unis, préservons nos valeurs républicaines et citoyennes. Alors, en ce jour de commémoration du Centenaire de la fin de cet horrible conflit, nous le disons ensemble avec calme, avec sérénité mais avec détermination :

Que Vive notre Patrie, la France, au sein d’une Europe unie et solidaire !

Que Vive notre République et ses valeurs de Liberté, d’Egalité, de Fraternité et de Laïcité, et que Vive la Paix !

Vive la République !
Vive la France !

La « Marseillaise » fut ensuite reprise en chœur par les enfants de l’école, puis, Bernard Blazinet, ancien d’Algérie et porte drapeau, s’est vu décerner la Médaille de la Reconnaissance de la Nation.

Quelques photos :