L’orchestre symphonique de Talence, en verve ce jeudi, nous a encore régalé d’un concert inoubliable,  tant sur ses choix éclairés que sur leur interprétation !!!
Après les mots de chaleureuse bienvenue de Jaques Reix, Maire de la Commune, et de Monsieur le  Directeur de l’OST,
 
Se sont succédés :
 
       Ouverture de l’italienne à Alger de G. Rossini
 
       Les passions amoureuses de G. Bottesini (pièce concertante pour 2 contrebasses et orchestre). 
Solistes : Baptiste Aubert et Florentin Castellini tous deux élèves du Pôle d’Enseignement Supérieur de Musique et de Danse (PESMD) de Bordeaux dans la classe d’Esther Brayer soliste de l’Orchestre National de Bordeaux Aquitaine. (phénoménaux tous les deux)
 
Le projet est né sur proposition de Madame Brayer qui avait soumis l’idée à Nicolas Piquet (chef d’orchestre) de préparer cette pièce de Bottesini surprenante tant par la virtuosité technique qu’elle exige que par son lyrisme charmeur façon « bel canto ». 
 

les  jeune prodiges s’essayant à la musique sur l’air d’Anderson (Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

       Peer Gynt d’E. Grieg suites orchestrales 1 & 2

 

       Bis « Sand Paper Ballet » de Leroy Anderson  compositeur américain mort en 1975. 

Solistes : Adèle Morisset & Pascal Gaudin
 
Ce final hallucinant et touchant à la fois,  incluait des Enfants -profanes en la matière – fut fort apprécié par le large public connaisseur qui emplissait l’Église. Et les applaudissements nourris en furent la preuve !

 

Jaques Reix et Nicolas Piquet rendant un hommage à Madame Claverie. (Cliquez sur l’image pour l’agrandir)

Ce fut le dernier concert de Mme Josette CLAVERIE, après 70 ans de présence et d’implication ininterrompue, au sein de l’orchestre symphonique de Talence.  Débutant à 15 ans, elle y a joué du violon sous la direction de cinq (5) chefs différents et largement contribué au bon fonctionnement de l’association avec toujours une attention pour chacun des musiciens.  Un chaleureux bravo à cette grande Dame.

 
 
Le tout,  concert et félicitations à Josette, fut dignement  fêté par tous les organisateurs de l’Omac, et par l’ensemble des  musiciens.